Les maladies du pied les plus fréquentes chez les adeptes de la course

Les maladies du pied les plus fréquentes chez les adeptes de la course

La course à pied connaît un fort engouement chez les athlètes et amateurs de toutes catégories. Considérée comme un sport cardio-vasculaire d’endurance, la course ne requiert pas d’aptitude particulière et s’adresse à tous. Cependant, un bon programme d’entraînement et un équipement adéquat sont très importants. Sans ces deux alliés, les blessures aux pieds peuvent être courantes et douloureuses.

Fasciite plantaire

La fasciite plantaire est une irritation de la membrane fibreuse (fascia) située sous le pied. Chez les coureurs, cette membrane joue un rôle de soutien de l’arche plantaire afin d’éviter son affaissement. La fasciite survient lors d’une surutilisation de cette membrane, causant une inflammation très douloureuse au talon et à la courbure du pied. Cette sensation est graduelle et est plus fréquente en matinée. Une déchirure complète peut survenir dans les stades plus avancés. Cette pathologie est fréquente chez les coureurs qui débutent dans le sport de manière trop rapide ou trop intense ou chez les athlètes de longue distance.

Dans la majorité des cas, un traitement conservateur peut soulager la douleur causée par la dégénérescence du fascia. Une évaluation de la technique de course et des chaussures utilisées devrait être envisagée. L’ajustement du programme d’entraînement et de l’équipement est parfois suffisant pour soulager les douleurs. Le repos, la glace, les anti-inflammatoires, les exercices d’étirement et de renforcement et le port d’orthèses plantaires peuvent aussi vous aider. Il est également important d’éviter de marcher pieds nus.

La thérapie par ondes de choc est réservée pour les blessures chroniques qui n’ont pas répondu aux traitements conservateurs. Le traitement consiste à «re-blesser» le fascia afin de susciter une réponse inflammatoire qui à son tour stimule la guérison. Une chirurgie est possible en dernier recours si la déchirure est complète et non traitable. L’important est de savoir qu’il est possible de soulager cette pathologie, mais qu’un changement de vos habitudes de courses devra être envisagé.

Hallux valgus

L’oignon au pied est l’une des pathologies les plus fréquentes et les coureurs ne sont pas en reste. Outre les prédispositions génétiques, cette déformation du gros orteil peut aussi survenir suite à un traumatisme de l’articulation ou à cause d’une mauvaise chaussure. En effet, les chaussures qui ne sont pas adaptées à la forme du pied et qui compriment les orteils peuvent faciliter l’apparition de l’hallux valgus. Les coureurs doivent donc s’équiper de chaussures de sport conçues pour leur type de pied. La majorité des boutiques spécialisées offrent l’évaluation de votre morphologie afin de bien faire votre choix.

Le traitement de l’oignon
Plusieurs traitements conservateurs sont envisageables, mais hallux valgus rime souvent avec chirurgie. L’opération de l’hallux valgus souffre malheureusement d’une mauvaise réputation en raison de la longue et douloureuse récupération qu’elle nécessitait jadis. Ce temps est heureusement révolu. Les nouvelles méthodes chirurgicales privilégiées par le Dr Hobeychi assurent maintenant un minimum d’inconfort pendant et après l’intervention. Les deux pieds peuvent être opérés dans une même intervention et le patient retourne à la maison la journée même de l’opération, sans plâtre ni béquilles. La période de récupération est d’environ 2 à 6 semaines.

Lire plus sur la chirurgie de l’oignon.

Névrome de Morton

Le névrome de Morton est une atteinte fréquente et très douloureuse de l’avant-pied. Les causes de cette pathologie sont diverses, mais le port de chaussures trop étroites ou à semelles flexibles ainsi que la pratique d’activités sportives exerçant des pressions sur le pied sont des explications. Les coureurs sont donc visés par ce trouble. Cette inflammation des nerfs plantaires interdigitaux provoque une sensation d’engourdissement et une douleur vive semblable à une décharge électrique. Le port de chaussures réduisant la compression du pied et l’usage d’orthèses plantaires sont les premières mesures correctrices recommandées. Des infiltrations de cortisone peuvent être efficaces lorsque la douleur persiste. Nécessaire dans environ 40% des cas, l’opération du névrome de Morton consiste à décomprimer la zone concernée. Les patients peuvent reprendre la marche immédiatement après l’intervention et la pratique normale des activités dans les semaines suivantes.

Blessures diverses aux pieds

Outre les pathologies les plus souvent traitées, les adeptes de course à pied peuvent souffrir d’entorses à la cheville, suite à un faux mouvement lors de la course ou à une mauvaise technique. Les fractures de stress métatarsien sont également fréquentes. Elles sont causées par une augmentation du rythme de l’entraînement (en difficulté ou en vitesse) et cette surcharge sur le pied peut engendrer une fracture. Les périostites tibiales aussi connus sous «shin splints» sont une autre affectation très commune. Ce mal est généralement déclenché et aggravé par la méthode de course et le type de surface sur lequel s’effectue l’entraînement. Une évaluation posturale et biomécanique, combinée à la prescription d’orthèses plantaires peut contribuer à corriger l’alignement et à diminuer le stress sur les muscles et l’ossature.  Les gonalgies (maux ressentis à la hauteur du genou), le syndrome du compartiment, la sinusite du tarse et le syndrome du tunnel tarsien sont d’autres troubles ou blessures possibles pouvant nécessiter une évaluation et un plan de traitement par un podiatre.

Profitez du plaisir et des nombreux bienfaits de la course à pied, mais gardez en tête que la clé d’une pratique réussie réside dans un programme adapté, une bonne technique et une écoute de son corps.

Bonne course!

Leave a comment